• Géraldine Brousse, fondatrice de Vivre a 2

La communication

A l’heure d’internet, des réseaux sociaux de l’information en direct, en instantané, tout semble tourner autour de la communication.Mais qu’est ce que la communication en réalité ? un simple échange d’informations ?de données ? s’envisage t-elle comme un moyen ? un outil (pour créer des liens par exemple)?une fin ? Vaste sujet !

En thérapie beaucoup de consultations se font au motif de «nous avons des problèmes de communication» «aidez nous a mieux communiquer» « nous n’arrivons plus à communiquer»…
mais qu’est ce que la communication?

On assimile bien souvent communiquer et «verbaliser/parler» or il s’avére que 80 % de notre communication est non verbale et par «non verbale» on peut entendre notre attitude physique, notre respiration, nos silences, nos regards…Tout cela envoie des messages même si nous n’utilisons pas forcement des mots pour le dire. Un silence est parfois bien plus puissant et évocateur que des mots soigneusement pesés derrière lesquels on se réfugie.Tout est question de énergie sous-jacente.A dire vrai, inconsciemment , et de la même façon que nous pouvons être sensible à l’ambiance d’une pièce , à l’atmosphére qui y règne, nous «captons» sous forme de ressentis l’énergie d’une personne avant même que celle-ci se mette à parler.

Bref en réalité comme dirait Gregory Bateson:
«on ne peut pas ne pas communiquer.»

En thérapie le terme «communication» est souvent envisagé comme un mot tiroir /un concept dans lequel viennent se loger différentes «demandes»et l’un des enjeux de la thérapie est de faire «émerger «ces demandes, de les rendre conscientes.Derrière le concept de communication il y a souvent des «besoins» (vécus comme différents pour les protagonistes )qui cherchent à être entendus, à être reconnus et pris en compte.

«Il ne m’écoute pas…Il ne me comprend pas…Elle réagit toujours de la même façon….J’ai l’impression qu’il ne m’aime plus…Elle ne me soutient pas…»

Bien souvent dans nos relations on part du principe que l’autre devrait connaître (voire même deviner) nos besoins, nos attentes, qu’il a les mêmes, qu’il fonctionne comme nous , qu’il perçoit la situation, le monde , la vie de la même façon que nous et donc devrait savoir ce qui nous habite et/ou nous agite.On croit aussi qu’il faut utiliser des «stratégies» pour obtenir ce que l’on voudrait, pour se faire «respecter».

L’approche systémique envisage les apparents «blocages» de communication sous un autre éclairage :Comme si cet apparent manque de fluidité avait une fonction , une raison d’être voire une forme d’intelligence , une sorte de solution qu’aurait trouvé le système formé par le couple ou la famille. Ceci étant établi et les ressources du système identifiées, la consultation pourra permettre de retrouver un autre équilibre, une nouvelle fluidité dans la façon d’être ensemble.