Les Thérapies Systémiques

Thérapies systémique – L’approche systémique familiale

L’approche systémique appliquée aux systèmes humains et donc appliquée à la famille.

En quoi cette approche systémique est-elle si particulière ? Pourquoi pouvons-nous parler du système familial ? Ou de psychothérapie familiale systémique ? D’intervention systémique ? Etc.

Tout a commencé dans le domaine des sciences, au début du XXe siècle c’est là que la notion de système a été définie par Ludwig Von Bertalanffi.

« Par système, on entend un ensemble composé de plusieurs éléments variés, variables et interconnectés, donc en général, interdépendants. Ainsi, la modification d’un élément peut entraîner la modification d’autres éléments du système et du système tout entier ».

Cette théorie s’applique au système humain et notamment à la famille qui est donc, considérée comme un «système», dont les processus d’interaction et de communication peuvent dysfonctionner.

Psychothérapie : de la théorie à la pratique

Prenez l’exemple d’un élastique, vous le posez sur une table, il ne bouge pas il a un équilibre, c’est ce qu’on appelle l’homéostasie,  l’élastique c’est la famille si on tire un des morceaux de l’élastique comment peut-on croire que le reste de l’élastique ne va pas bouger ??

un élastique représente le système familial

un élastique, un système

Cela revient à sortir une personne de son contexte,  a essayer de travailler avec elle ses difficultés puis à la remettre dans son contexte en espérant que tout se passe « comme avant »
cela est impossible il n’y a plus d’avant il y a un après à construire ensemble toute pression, changement, questionnement,  mal-être, etc. d’un membre d’une famille a des conséquences sur l’ensemble de cette famille.

Des éléments qui s'emboitent

Des éléments qui s’emboitent

Tout changement qu’on impose une famille (système) va se heurter aux principes  d’homéostasie et va donc être compensé par un mouvement de sens inverse visant à maintenir l’équilibre familial c’est pourquoi imposer un changement dans une famille revient, à mon sens, à mettre la famille en danger

Il faut considérer le dysfonctionnement familial comme la moins mauvaise des solutions trouvées par la famille pour répondre à une problématique donnée

Thérapie – dysfonctionnement et analyse

Ce dysfonctionnement, et souvent porté par celui qu’on appelle le « patient désigné », c’est-à-dire celui qui porte le « symptôme ». Concrètement, il s’agit de la personne souffrant de la maladie alcoolique, de l’enfant déscolarisé, du conjoint qui a vécu un adultère, etc.

Ce symptôme qui nous indique d’une part le dysfonctionnement familial ou conjugal d’autre part la capacité de la famille ou du couple à se réadapter.

Si je  reviens à mon élastique, le conjoint infidèle est représenté par cette partie de l’élastique tiré vers l’extérieur, et qui, par son infidélité,  » emmène avec lui » le reste du système pour trouver une nouvelle façon de s’adapter. Je sais que c’est dur à entendre, mais il est probable que cette infidélité est été la moins mauvaise des solutions que le conjoint ait trouvées.

La crise qu’elle soit familiale, conjugale ou individuelle est le moment propice à une mise à plat des différentes problématiques pour une réadaptation qui convienne mieux aux différents partenaires.

Exemples de psychothérapies familiales

Prenons un exemple concret : lors de séances de thérapie familiale il m’a été donné de voir une famille composée d’un couple et de trois enfants l’aîné des enfants 19 ans était celui qui était le « patient désigné » par la famille puisqu’on attendait de lui qu’il prenne son envol de jeune homme trouve un job,  soit autonome et soit capable de vivre à l’extérieur de la famille et en même temps ce jeune homme manifestait des signes portant à croire qu’il ne lui était pas possible de sortir de cette famille (pas de motivation pour passait le permis de conduire, échec scolaires, comportements festifs exagérés, etc).

Après plusieurs séances de psychothérapie familiale, une hypothèse s’est avérée la plus juste ce jeune homme de 19 ans, sentait implicitement que s’il quittait le nid familial le couple de ses parents risquait d’exploser, il mettait alors tout en œuvre pour rester de façon à maintenir le couple de ses parents en état. Le symptôme manifesté a donc pour objectif de protéger le couple conjugal.

chacun a sa place dans le système familial

chacun a sa place

Autre situation, un couple parents d’un petit garçon de sept ans, ce couple au bord de la rupture ne restait ensemble que par l’inquiétude qu’il portait à leur petit garçon qui manifestait de l’énurésie, des pleurs des crises de colère, des angoisses et terreurs nocturnes. Le symptôme, ici ce que le petit garçon manifeste, a pour effet de maintenir le système dans l’état actuel c’est-à-dire la famille et le couple conjugal ensemble.

Cette lecture systémique, très différente de la lecture habituelle permet l’ouverture de nouvelles hypothèses de travail permet aussi une déculpabilisation de celui qui porte les symptômes qui n’est en réalité non pas celui qui va mal mais celui par lequel la famille montre son dysfonctionnement et « appelle à l’aide ».

L’approche systémique, les conséquences concrètes :

Nous avons besoin du système entier lors des premières séances afin de définir qui porte le symptôme et de faire des hypothèses sur sa fonction.

La personne qui porte le symptôme, celle qui s’inquiète, celle qui demande de l’aide sont les éléments indispensables aux premières séances de psychothérapie systémique, ensuite il est possible, ce selon les cas, que le thérapeute familial systémicien, soit amené à rencontrer des sous-systèmes, par exemple uniquement  le couple parental, ou que les enfants; cela sera déterminé au fil de la thérapie systémique.